Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J 83 - 87

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

J 83 - 87

Avant d’attaquer la montée il nous faut descendre de 500 m sur une piste de galets. Dur dur pour les bras, en tout cas ça réveille. La piste débute de façon sympathique. Sol correct et pente 5/6 %. Très vite tout cela se dégrade, on aura même droit à des travaux et de la boue. Vers 16 h et 2000 m de grimpe on arrête les frais, nous sommes bien cassés, on monte la tente dans un tout petit village abandonné. Nous sommes à 3200 m, le brouillard nous entoure et il commence à faire bien frais. On se fait malgré tout une petite toilette à la source, bon repas chaud et l’on se réfugie sous la tente.

Le décor qui nous entoure est vraiment magnifique. Des montagnes à perte de vue, des cascades descendent des sommets et nous fournissent de l’eau à volonté. Cette piste est utilisée par les camions et taxis qui ne peuvent attendre l’ouverture de l’autre route ou qui veulent gagner du temps car elle est plus courte. Vu les risques qu’ils prennent on ne comprend pas bien leur motivation. De nombreuses agences de tourisme de La Paz proposent la descente à VTT. Nous croiserons des centaines de vélos, roulant plein pot, équipés comme des motards de compétition. Tout le monde descendait, il n’y en avait que 2 qui montaient ! Un troisième montait malgré tout, mais à moto. Un français qui voyage depuis 2 ans sur les routes du monde. Très sympa, il nous a donné quelques tuyaux sur La Paz et la suite de notre voyage.

On espère que cette nuit en altitude nous remettra en forme pour la suite de la montée. Le fameux col à près de 5 000 est toujours devant nous.

J 83 - 87
J 83 - 87J 83 - 87
J 83 - 87J 83 - 87
J 83 - 87J 83 - 87
Douche ou baignoire, au choix, mais ils ont oublié l'eau chaude.

Douche ou baignoire, au choix, mais ils ont oublié l'eau chaude.

J 83 - 87

La nuit fut calme, aucun trafic, par contre la pluie nous berça de longues heures. Au matin un peu de répit nous permet de déjeuner et de ranger le matériel au sec. Nous reprenons notre montée en espérant retrouver la route goudronnée assez vite. Au bout d’un km, la pluie reprend. Pendant les grosses averses on se protège sous une bâche, il fait vraiment froid. Effectivement le goudron n’est pas loin mais la pluie redouble. Nous sommes à 3500 m, nous sommes gelés et le tonnerre gronde sur les sommets. On se réfugie dans un poste à essence (où on nous offrira cafés chauds et couvertures) en attendant une accalmie qui ne viendra jamais. Notre dur trajet jusqu'à La Paz se termine donc dans un Pic up Toyota, au chaud dans la cabine et tout notre barda dans la benne. Au passage du col, la pluie est remplacée par la neige ! Jamais nous n’aurions pu résister à cette météo, le changement a été trop brutal. On regrette vraiment que la météo ne fut pas plus clémente car le paysage était magnifique et pour une fois la route était roulante et modérément pentue (en voiture ce n’est jamais trop dur !).

On nous déposa à l’entrée de La Paz, c'est-à-dire en hauteur par rapport au centre. Le français à moto nous avait indiqué un hôtel en plein centre. Avec difficulté nous arrivons à le trouver. Imaginer rouler à vélo, sous la pluie, sans frein, en pleine circulation, trempés et frigorifiés… On était vraiment contents d’y être arrivé. Pendant les ascensions dans les rues de la ville, à pousser mon vélo, les poumons en feu, j’ai eu une petite pensée pour notre amie Christine, et son séjour, il y a bien longtemps dans ce coin de Bolivie.

Nous avons mis tout l’après midi à nous réchauffer tant nous avions perdu de calories là haut, malgré un énorme « poulet-frittes » pris au Mac do local.

J 83 - 87J 83 - 87J 83 - 87
J 83 - 87

La journée à La Paz débuta par l’achat d’une bonne veste de pluie, la mienne n’était plus du tout étanche. Puis on s’est mis à la recherche de roue arrière pour nos vélos. Les moyeux avaient pris un sacré jeu et ma roue libre demandait un demi-tour avant d’accrocher.

Je vous passe les détails mais nous avons fini dans l’atelier de réparation d’un loueur de vélo pour la descente de la route de la mort qui nous changera l’ensemble « moyeu + roue libre » sur nos propres roues. Nos cassettes pourtant changés à Manaus sont déjà mortes. Sur les vélos de descente ils n’utilisent que des 2 petits pignons alors que nous sommes le plus souvent sur les deux plus gros. Nous avons pu récupérer des cassettes presque neuves, bien contents. Merci à « Gravity montain bike » pour leur persévérance afin de trouver une solution pour nous dépanner. Toutes ces recherches nous ont permis de visiter la ville, de discuter avec les chauffeurs de taxi, de visiter les marchés (où on a voulu me faire les poches mais Cloclo était là et le chapardeur est reparti bredouille) et les rues commerçantes.

J 83 - 87J 83 - 87
J 83 - 87J 83 - 87
J 83 - 87

La Paz est donc la capitale le plus haute au monde, elle s’étend entre 3200 et 4000 m. Bâtie dans un canyon et entourée de collines aujourd'hui toutes urbanisées. Les bas quartiers étant situés en haut où il fait le plus froid et où les gens n’ont pas d’argent pour se chauffer ! La ville est très mouvementée et bruyante. Etonnant car ici, dès que l’on fait un effort, monter un escalier par exemple, on se retrouve le souffle court. Les 3 jours passés ici ne seront pas de trop pour nous habituer à l’altitude et au froid.

J 83 - 87

Aujourd’hui encore la maintenance des vélos occupe notre journée. Tout le système de freinage doit être changé. Patins, gaines, câbles… Un vendeur de vélo nous fournira le matériel. Nous récupérons nos roues, le travail effectué semble parfait. Depuis notre arrivé ici nous visitons beaucoup de commerces et traversons de nombreux marchés hauts en couleur, mais la ville regorge de belles choses, notamment de belles bâtisses coloniales. Nous avions prévu de partir demain, finalement nous retardons notre départ d’un jour, histoire de faire un peu de tourisme classique.

J 83 - 87J 83 - 87
J 83 - 87J 83 - 87J 83 - 87
J 83 - 87J 83 - 87J 83 - 87
J 83 - 87

Pour cette dernière journée à La Paz, nous choisissons de prendre de la hauteur, plusieurs belvédéres entourent la ville, nous nous y rendrons avec les taxis locaux (0,30 € pour chaque courses en ville). Nous ne regrettons pas notre choix car la vue est magnifique, on aperçoit au loin plusieurs sommets enneigés, tous a plus de 6000, qui encerclent la ville. C’est de là que l’on se rend vraiment compte de la construction atypique de cette ville, dans un grand canyon, on dirait une rivière de maisons, c’est impressionnant.

Cette journée supplémentaire n’aura pas été de trop pour nous habituer à l’altitude, surtout que demain nous devrions passer à 4000 m. Nous partons direction Potosi, que nous espérons atteindre dans 6 à 7 jours.

J 83 - 87J 83 - 87
J 83 - 87J 83 - 87J 83 - 87
J 83 - 87J 83 - 87
Le stade de La Paz, pour les footeux, ce n'est pas Maracana, mais il est tout de même bien beau.

Le stade de La Paz, pour les footeux, ce n'est pas Maracana, mais il est tout de même bien beau.

Commenter cet article

matthieu et valérie 29/10/2013 18:59

et bien ! nous sommes vraiment admiratifs !! les conditions que vous avez du affronter étaient bien épiques !! quel odyssée à deux roues !!! bon courage pour la suite ! AKLM vous salue !!

Martine et Marcel 28/10/2013 18:36

Salut à vous ! Nous avions pris un peu de retard sur vos commentaires car nous rentrons d'un petit séjour en Italie. Nous avons suivi avec intérêt la traversée du Brésil, tant de liens nous rattachent à ce pays !
Merci pour le petit clin d'oeil ! on vous l'aurait prêtée avec grand plaisir notre petite interprête. Votre périple en Bolivie vous laissera certainement des souvenirs inoubliables tant ils seront liés aux moments très durs que vous avez dû traverser. On pense à l'épuisement dans lequel vous deviez être lors des étapes dans la boue, le froid et la pluie On est d'autant plus admiratifs de votre courage devant tant d'adversité. Chapeau ! et Grosses bises à tous les deux.

Gégé 28/10/2013 13:28

Salut les voyageurs, pédaleurs, rêveurs, cycloteurs, oups inventé celui-là ! :-) !!! vous allez à Potosi ?? c'était pas prévu d'aller au Chili sans passer autant à l'Est ??!! Ben oui je regarde les cartes ;-)
Je pars à Istanbul le 7 nov :-) avec sof pr qqs jrs, no bike !! en avion et à pied !! bisoussss à vs 2