Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parlons matériel roulant

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

Parlons matériel roulant

Parlons matériel roulant.

Après plus de 5 000 km, il est temps de parler matos. Nous sommes partis avec des vélos de séries, bas de gamme, premier prix chez Lapierre, des Raid 100 (400 euros), sur lesquels nous avons montés quelques éléments spécifiques.

Les pneus :

La révélation de ce voyage concerne les pneus que nous avons montés. Des schwalbe Marathon plus. Aucune crevaison à déplorer et une usure presque nulle. Pourtant ils ont été soumis à des conditions des plus sévères. Goudron chauffé à blanc (Vénez et Brésil), piste défoncée (colombie,venez et Bolivie), boue (Bolivie), pierres acérées (Bolivie), verre brisé (canettes au Vénez) … Gonflés à 4 bars, ils possèdent une qualité de roulement exceptionnelle. Peu d’effort pour avancer et aucun bruit, même à haute vitesse.

Il est évident que je ne monterai jamais plus que ces pneus pour de futurs voyages. Un peu plus lourd et beaucoup plus chers que des pneus classiques, mais quelle tranquillité d’esprit de rouler avec ce matériel.

La transmission :

Je pense que j’aurai du monter un dérailleur arrière de meilleure qualité et en tout cas prendre des roulettes de rechange. On change de vitesses très souvent lorsqu’on est chargé et les roulettes prennent vite du jeu. Résultats les vitesses ne suivent plus. Pour le dérailleur avant, il semble résister beaucoup mieux.

Idem pour la cassette et la chaine. Ceux d’origine ont vite été hors service. Il faut dire que nous ne les avons pas ménagés. Pourtant je les graissais tous les 2/3 jours. A La Paz nous avons monté du matériel apparemment top, on verra bien s’ils tiennent jusqu’au bout ?

Les plateaux, certainement des bas de gamme, fonctionnent encore malgré un bruit permanent. J’aurais du également les changer à La Paz évidemment.

Moyeux de roue :

Des moyeux de roues arrière de meilleure qualité n’aurait pas été inutile, le chargement étant principalement sur l’arrière. Nous avons changé les notre à 5 000 km. Ils auraient pu peut être tenir encore longtemps mais nous n’avons pas trouvé de roue libre s’adaptant à ce type de montage.

Pour les moyeux avant, la fourche télescopique aide à les préserver.

La roue libre :

La mienne a rendu l’âme à 5 000 km. Cela vaut certainement le coup d’en prendre une de rechange pour son type de moyeu. Différents types de montage existent et ce n’est pas très lourd.

La selle :

Elément important quand on y passe 6 à 8 h par jour. Les selles Brooks en cuir épais que nous avions choisis ne sont pas plus confortables que les autres, au contraire. En fin de journée nous étions bien contents de descendre du vélo. Par contre elles sont parfaites au niveau solidité. Si nous avions eu des selles classiques en plastique, elles seraient totalement explosées, et nous aurions du en changer. Le cuir se raye mais ce n’est pas gênant pour pédaler.

Le guidon :

Nous avions monté des guidons papillon « BBB ». Parfait pour éviter des problèmes de tendinite ou tout simplement de fatigue au niveau des poignets et coudes.

Nous avions monté une potence surélevée pour avoir une position plus droite et éviter les problèmes de cou.

Les freins :

Les vélos étaient équipés de V Brake classique. Pas de problème pour trouver des pièces. Nous avons du changer tout le système au bout de 5 000 km.

Porte bagage arrière :

Nous avons monté des Zéfal en alu. Simples et légers, ils sont donnés pour 25 kg de charge, ils pourraient en supporter 3 fois plus.

Porte bagage avant :

Idem que pour l’arrière.

Les pédales :

Nous avions monté des pédales de Bi-cross « BBB ». Des petites vis sans tête viennent s’agripper à la semelle des chaussures, qui résiste plus ou mois suivant sa qualité. Un peu plus lourde que la normale, mais quel confort. Couvertes de boue, idem pour les chaussures, nous n’avons jamais eu de perte d’adhérence. Evidemment il ne vaut mieux pas qu’elles viennent se frotter à vos mollets. !

Les sacoches :

Une seule marque, à notre avis peut tenir le coup sur un tel voyage : ORTLIEB.

Les compteurs :

Nous utilisons des VDO MC 2.0 WR, avec fil pour un problème de longévité de la pile. Ils donnent toutes les indications dont on a besoin en randonnée. Une fois réglé au GPS, ils sont d’une extrême fiabilité.

Si ces quelques informations peuvent servir à de futurs cyclistes voyageurs, tant mieux. Rien ne sert d’inventer la poudre à chaque fois, nous-mêmes, nous nous sommes inspirés de l’expérience de ceux qui nous ont précédés.

Le choix du matériel peut grandement intervenir dans la réussite du voyage.

Commenter cet article

Pierre et Martine 05/11/2013 00:39

Merci pour ces renseignements tres instructifs... vous prenez le temps de faire de le peda...en plus
Chapeau bas à tous les deux...on se regale merci merci..et bonnes routes...a+ sur Skype bises