Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J 153 - 156

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

J 153 - 156

(mercredi 1/1) Le petit déjeuner fut servi tôt à l’hôtel, sympa pour un premier janvier. Pour la première fois depuis le début du voyage nous sommes dans un hôtel chauffé. Ce n’est pas un hasard !

Pour poursuivre notre descente deux routes étaient possibles : La N 40 ou une autre passant près d’un lac, avec un peu de piste, deux belles montées… Nous avions envie de voir la « Lagune Blanca » au pied d’une magnifique chaîne de montagne enneigée, nous choisirons donc la deuxième option, ça devrait le faire… mais c’était sans compter sur le vent particulièrement violent en cette saison et que l’on a toujours de face. Nous n’avons pas encore vu les 40 ème, par contre nous les avons entendus hurler. Pratiquement toutes les montées ont été faites en poussant le vélo. A maintes reprises, les rafales étaient si fortes que les freins ne suffisaient plus pour stopper le vélo et l’on repartait en marche arrière, impression d’impuissance particulièrement désagréable. Il faut dire que nos montures ne sont pas un modèle d’aérodynamisme.

J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156

Vers 17 h, ne voyant pas le sommet du dernier col arriver, les jambes commençaient vraiment à donner des signes de faiblesse, impossible de trouver un coin pour planter la tente (sol rocailleux et aucun abri contre le vent) on se décide à faire du stop pour nous avancer de 30 km, au départ de la piste. La première voiture camionnette sera la bonne. Quel soulagement, nous n’avions pas de solution de rechange. Très vite nous trouvons un emplacement pour le camp, heureusement car il commence à pleuvoir ! Nous voilà donc parés pour la nuit, le vent est toujours de la partie, effrayant, et 12 ° sous la tente à 20 h.

En quelques jours nous sommes passés de la canicule à la rigueur d’un hiver français. Si demain les conditions météo ne changent pas, on devrait encore terminer l’étape jusqu’à Junin de los Andes en stop.

J 153 - 156
J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156

(jeudi 2/1) La nuit fut très ventée et très froide. Nous attaquons la piste avec 7° et un vent qui a bien faibli. Nous traversons un village Las Coloradas, après 20 km. Charmant village en bord de rio, perdu au milieu de la pampa. Les gens ont changé de look, on les croirait vêtus pour un bal traditionnel. Béret, bottes, couteau à la ceinture très large en tissu, chemise blanche… On en profite pour se restaurer au « kiosque », la journée d’hier nous a quelque peu vidé. Encore 20 km de piste et nous retrouvons le goudron, vers 13 h. L’état de la piste, très dégradée comme d’habitude ne nous a pas permis une moyenne supérieure.

J 153 - 156
J 153 - 156J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156

On se restaure et l’on reprend la route, maintenant le vent s’est renforcé, toujours contre nous. Au bout de 15 km, le vent est devenu bien trop fort pour le peu d’énergie qu’il nous reste. On se réfugie dans une école, perdue au milieu de rien en bord de route, où l’on nous permet de camper. Quelle bonne intuition nous avons eu de nous arrêter dans cette école. Dès la tente montée, le vent à redoubler de puissance, que nous sommes bien à l’abri d’un bon mur en béton. Ce n’est pas encore ce soir que nous verrons Junin de Los Andes !

J 153 - 156

On peut dire que nous sommes au niveau de 40 ° sud de latitude. On espère que le vent que nous avons depuis plusieurs jours ne sera pas toujours aussi violent et dans la direction contraire à la notre. Si c’était le cas, il nous faudrait sérieusement revoir nos prévisions de progression vers Ushuaia !

J 153 - 156

(vendredi 3/1) Au matin, comme tous les jours, le vent est retombé, mais qu’est ce qu’il fait froid ! Petit déjeuner sous la tente, rangement du camp, et nous revoilà sur la route. Une fois de plus on ne regrette pas de s’être arrêté hier soir. La route est vraiment superbe. Cela aurait été dommage de la faire en souffrant contre le vent avec les cuisses HS. Mis à part le froid, mais le soleil va arranger cela bien vite, toutes les conditions sont réunies pour profiter au maximum du spectacle. On rencontre deux canadiens en vélo qui remonte du sud pour rejoindre Santiago du Chili. Bien entendu nous parlons de vent. Ils nous apprennent que plus au sud les 60/80 km/h sont courant. Quant à la direction cela dépend des jours, il ne nous reste plus qu’à prier !

J 153 - 156
J 153 - 156J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156

Dès notre arrivée, on se trouve un hôtel (seule la suite est encore libre), magnifique mais très cher. On fonce au resto, très cher, pas terrible et peu copieux, en sortant on fonce au super marché, on a encore faim !!!

On le savait, plus on descend en latitude, plus les prix grimpent (et plus Internet ralentit). Heureusement que l’on à pas prévu d’aller jusqu’au pôle sud !

La ville de Junin de los Andes est une ville très touristique. L’activité principale est la pêche à la truite, de nombreux torrents et lacs de montagne s’y trouvent. Même les panneaux indicateurs des rues sont en forme de truite.

J 153 - 156
J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156J 153 - 156
Les fauteuils roulants seront pour le prochain voyage...

Les fauteuils roulants seront pour le prochain voyage...

J 153 - 156

(Samedi 4/1) Pour la première fois depuis notre entrée en Argentine, le petit déjeuner servi par l’hôtel était tout à fait correct. On n’a même pas pu tout finir. Souvent nous pensons au petit dej servi en Bolivie, il était inutile de prévoir des encas pour arriver jusqu’à midi. Ici après 30 km, la pause casse croute est obligatoire.

Aujourd’hui donc petite étape, 45 km, pour nous a menés à San Martin de los Andes. Gros village, ultra touristique. Qui dit touristes dit forte circulation, on n’était plus habitués. Pour la première fois nous avons roulé dans du vert. On se croyait en Suisse ; montagnes, sapins, chalets… Difficile de trouver un hôtel avec une chambre de libre et un prix correct. C’est un peu comme trouver une chambre pas chère, à Nice, en plein mois de juillet. Après moult essais on a trouvé la perle rare, (on pensait déjà finir au camping). Un hôtel tenu par un Cubain, hyper sympa. Apparemment il connait les besoins en nourriture des cyclistes, on verra bien de quoi se compose son « desayuno ».

J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156J 153 - 156
J 153 - 156

Nous sommes donc au début de la route des 7 lacs. De belles photos en perspective.

On avait prévu de descendre à Bariloche pour prendre un ferry pour le Chili. Plus de Km, une organisation qui nous semble bien compliquée… Changement de programme donc, à partir de la RN 40 nous bifurquerons vers Osorno pour entrer au Chili. Nous devrions rester en pleine montagne jusqu’à la « carratera austral ». Nous partons avec 5 jours de nourriture, donc bien chargés.

Certainement donc, pas de nouvelles de nous avant un certain temps !

Commenter cet article

Coco et Steph 08/01/2014 10:37

Meilleurs voeux les amis et bon courage ! Continuez à nous et vous régaler.
Coco et Steph

Sabrina 07/01/2014 23:46

Bonne année à vous et courage pour la suite! les photos sont superbes :)

sabrou 06/01/2014 19:50

Bon courage pour la suite....en espérant que le vent restera derrière vous, le cadre est magnifique, très belles photos , on se régale ... on essaye de vous envoyer de l'énergie mais vous en avez en réserve , pas de problème ! allez courage . bisous encore pour la nouvelle année JACMAUFRA

Sev 05/01/2014 21:53

Hello,

Une excellente année 2014 à vous, qu'elle vous soit la meilleure possible ! Je n'ose pas vous dire bon vent, mais le cœur y est !!! Bises. Sev

Raymonde et Jean-Noël 05/01/2014 19:09

Les photos sont superbes, la route difficile avec ce vent... Nous pensons beaucoup à vous ; Bon courage et énergie pour la suite et surtout bon vent, qu' il vous pousse très vite dans la bonne direction ; Nous vous admirons et attendons avec impatience un nouvel article pour vous suivre.
A+ BISOUS
PS Jean-Noël apprécierai de taquiner la truite dans ces belles rivières