Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J 192 - 198

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

J 192 - 198

(dimanche 9/2) Durant la nuit des coups de vent très fort ont mis à mal nos tentes. Celle des américains n’à pas supporté une rafale, structure cassée, toile déchirée.

Après un bon petit déjeuner venté, nous attaquons les 10 km les plus durs de notre voyage. Au début 4 km assez roulants puis 6 km de chemin de chèvres, où il était impossible de monter sur les vélos. Pousser un vélo est déjà très dur, mais pousser un tandem et sa remorque relève de l’impossible. Nous étions parfois 4 à pousser cet engin si particulier.

Il nous aura fallu 5 h pour faire ce trajet, bien contents de l’avoir fait, on nous en avait dit tant de mal !

J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198

Avant de prendre un nouveau bateau nous passons une fois de plus la douane d’Argentine, superbe et entourée de montagnes enneigées.

A la descente du bateau, un camping nous tend les bras, lui aussi installé face à des montagnes magnifiques. On aurait pu aller plus loin et camper dans la campagne mais la perspective d’une douche chaude et d’une bière fraiche, plus notre état de fatigue nous ont stoppés net dans notre progression.

Demain après une marche de 4 km pour aller voir d’un peu plus près un glacier nous reprendrons la piste pour El Chalten, à 37 km.

J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198

(lundi 10/2) La nuit fut très calme, peu de pluie, peu de vent. La marche jusqu’au glacier, sans difficulté, nous a permis d’admirer une fois de plus un magnifique glacier et son lac d’une couleur laiteuse.

Au moment de reprendre les vélos, nous nous apercevons qu’il est déjà presque midi. Décision est prise de déjeuner sur les tables du camping avant de partir.

L’étape jusqu’à El Chalten s’est faite sur une piste encore bien caillouteuse. Le vent était avec nous, ce qui nous a bien aidés.

Après une nouvelle intervention sur la roue libre du tandem (doublage des ressorts) cela semble enfin fonctionner. Il va s’en dire que tout gros effort sur les pédales est maintenant interdit.

Les mauvais traitements infligés aux vélos ont eu pour conséquence de nous user totalement les patins de freins. Heureusement que la piste ne comportait pas de grosses descentes car on aurait du freiner avec les pieds !

De plus, un bruit bizarre sort de mon moyeu arrière, démontage obligatoire. Demain sera une journée maintenance pour nos chères bicyclettes. Il nous reste encore près de 1200 km avant Ushuaia, il faut donc les maintenir au mieux de leur forme.

Pour nous, malgré les efforts que nous avons du faire ces derniers jours, nous nous sentons parfaitement d’attaque, surtout avec le super resto que l’on s’est fait avec les amis pour fêter la fin de la « CA ».

J 192 - 198J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198

(mardi 11/2) Pour cette journée de repos la météo sur la région est superbe. Du ciel bleu, des petits nuages blancs, peu de vent… quel plaisir de profiter de tels instants.

El Chalten est un village né il y a peu, en 1985 exactement. Les Argentins l’on crée pour faire comprendre au chiliens que cette région était à eux. Bâtie autour d’une artère principale bordée d’hôtels et de restaurants, les maisons multicolores donnent un cachet très moderne à cet endroit, surtout sous le soleil.

Nous sommes dans la Mecque du trekking et de l’escalade. Une balade de 3 h sur les chemins nous a rapprochés du fameux fitz Roy et de glaciers énormes suivis comme toujours de puissants torrents.

Certainement le plus beau spectacle depuis le début du voyage. L’impression d’être dans un décor de cinéma est toujours présente.

Demain nous reprenons la route (et non la piste), les prévisions météo semblent bonnes pour plusieurs jours, le vent devrait être avec nous… les 50 ème ne sont plus très loin.

J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198

(mercredi 12/2) Nous prenons la route à 6 avec Tom et Flo, James et Magie. La route est superbe, le vent nous pousse bien. Lorsque nous nous retournons nous ne pouvons pas faire autre chose que nous arrêter, le décor est splendide. On dirait que le Fitz Roy et les sommets proches de lui se sont combinés avec le ciel bleu et le soleil pour nous retenir dans le coin. Ceux qui remontent vers le nord ont en permanence ce spectacle grandiose devant les yeux, quel bonheur !

Nous suivons un immense lac transportant des gros glaçons lâchés par un glacier. Là aussi difficile de remonter sur les vélos.

J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198

Il nous faut tout de même avancer et c’est avec un vent favorable que nous parcourrons plus de 90 km sans fatigue. Après 110 km, nous nous trouvons un petit coin pour monter nos tentes. La journée fut très agréable au niveau des températures mais dès que le soleil disparait tout le monde se réfugie dans sa tente, car même un vent faible nous glace le corps.

Nous avons eu la chance d’apercevoir un Tatou, des guanacos (sorte de lamas) et même des autruches (vrai de vrai). Les condors se sont montrés également et quelques rapaces, il y avait longtemps que nous n’avions pas vu autant d’animaux.

La végétation est réduite à sa plus simple expression, on n’est pas loin du désert total.

Durant la journée nos amis américains nous ont quitté et ce soir Stéphanie, française, maintenant canadienne vivant dans le Yukon s’est jointe à nous pour cette nuit.

La route jusqu’à El Calafate promet d’être moins agréable qu’aujourd’hui. Le vent devrait nous ralentir sérieusement. Si les prévisions météo sont bonnes le soleil devrait être encore de la partie, ce sera déjà pas mal.

J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198

(jeudi 13/2) Notre nuit au bord de la route est excellente, bonne météo et pratiquement aucun véhicule.

Nous prenons notre petit déjeuner tous ensemble au soleil avant de reprendre la route.

Le goudron est parfait, et sur la route vallonnée les km défilent vite. Nous passons d’ailleurs la barre des 50 ème hurlants sous un soleil radieux et sans vent.

En milieu d’après midi nous entrons dans la ville d’El Calafate, un peu assoiffés, aucun point d’eau sur toute la durée du parcours. Le décor tout au long de l’étape était superbe, en particulier les lacs, encadrés par de beaux sommets enneigés se découpant sur un ciel parfaitement bleu. Nous aurons parcouru 220 km en deux jours, nous en sommes bien contents.

Ce soir, pour fêter ça, un resto est tout indiqué.

Avec le volcan Périto Moréno (que nous irons voir demain) et de nombreux trek dans la région, nous nous trouvons dans un lieu hyper touristique. Commerces de luxe, restaurants, hôtel… Tout est là pour nous faire dépenser notre agent, et ils y arrivent. Nous comptons rester 2 nuits dans cette ville, bien que nous ayons beaucoup de choses à faire… mais on préfère sincèrement la pampa.

J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198J 192 - 198
J 192 - 198

(samedi 15/2) Après avoir fait un plein de victuaille pour 8 jours, nous prenons un bus pour nous rendre sur le site du glacier Périto Moréno. Ce glacier est éloigné de 80 km de El Calafate, faire l’aller/retour en vélo n’aurait pas été très intéressant.

Ce glacier mérite bien sa réputation. Pendant 5 h nous sommes restés à l’observer, à écouter ses craquements, dans l’espoir de voir tomber des gros blocs de glace. Il faut dire que nous avons été bien servis. Les installations sur le site sont très modernes. Toutes les nationalités sont présentes ici mais les français sont malgré tout majoritaires.

A l’occasion de la fête locale, un défilé de vieilles voitures était organisé dans la ville, tout cela ne nous rajeunit pas !

Ce soir sera une soirée d’au revoir avec nos amis. Arthur et Caro (tandem) poursuivent en bus, Tom et Flo restent pour faire une rando, nos amis américains ont filés directement sur Ushuaia, cela va être bizarre de rouler de nouveau à deux. Le soir nous devrions retrouver Stéphanie au bivouac, elle se sent plus en sécurité avec nous, je veille !!!

Nous reprenons donc la route en direction à nouveau du Chili. Si la météo est correcte nous aimerions visiter le parc national Torres del Paine avant de rejoindre Puerto Natales dans 8/9 jours.

Donc prochaine mise à jour au Chili. A bientôt d'Argentine.

J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198
J 192 - 198

Commenter cet article

christine 20/02/2014 19:04

photos magnifiques, merci de nous faire participer et voyager avec vous des gros bisous de la martinique, votre amie arrive à la maison dimanche pour 15 jours.

Jean-Marie et Yvette 19/02/2014 18:40

Bonjour à vous deux,
Par Jean-Luc, rencontré récemment dans la rue à Cahors, nous avons eu l'adresse de votre blog.
Nous sommes époustouflés par votre performance!!!
Nous sommes en train de remonter, épisode par épisode votre périple en Amérique latine. Que d'aventure. A partir d'aujourd'hui, nous ne vous lâchons plus jusqu'à la fin. C'est un peu comme pour le tour de France à la télé : l'important c'est d'être là pour la fin de la course et le spint final!
Malgré l'éloignement, nous avons bien pensé à vous tout au long de ces derniers mois.
Bises de nous deux

Claudine et Marcel 19/02/2014 19:48

Salut à vous deux,
Ca fait plaisir de vous lire, nous aussi nous avons parlé de vous souvent, nous avons vu que Jean-Marie avait démissionné de la mairie? Notre périple touche à sa fin, nous pensons faire un petit tour dans le Lot avant de repartir soit pour Tahiti ou la Martinique,on espère que l'on pourra se voir. Bises de Puerto Natales

robinet 19/02/2014 10:01

Vous êtes toujours aussi époustouflants. 1200 km à faire mais déjà 10322 km de parcourus...
Encore bravo

Bruno Coulon 17/02/2014 09:17

Coucou les amis, un grand merci pour ces photos magiques, bon courage pour la suite.
Bises Bruno

MARTINE ET PIERRE 17/02/2014 03:24

Vraiment magnifiques ces paysages.Les reportages sont toujours passionnants et vous avez des
mines superbes .Merci de nous raconter encore.... bises