Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J 49 - 52

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

J 49 - 52

Départ un petit peu plus tard que d’habitude (7 h), nous avons voulu profiter du petit déjeuner de l’hôtel qui était très copieux et très varié, le rêve d’un cycliste, mais nous allons regretter un peu plus tard notre gourmandise. Nous avons quitté Boa Vista avec un petit pincement au cœur car nous avons bien aimé cette ville, sa tranquillité, sa propreté, une circulation fluide, pas de coups de klaxon inutiles, ça nous change des villes bruyantes et sales du Venezuela.

Les premiers coups de pédale jusqu’à MUCAJAI se donnent au milieu d’un paysage de pampas qui ressemble beaucoup à celui avant Boa Vista. Après cette ville nous pensions rouler au milieu de la forêt d’Amazonie, en fait les bords de routes ont été déboisés sur de grandes superficies afin d’installer des ranchs pour y mettre du bétail, ou faire des cultures, notamment du maïs, du coup, nous voilà en plein soleil avec des températures entre 38° et 44° pendant plusieurs heures (d’où l’intérêt de partir tôt). Vers 12 h d’ailleurs le conducteur d’un gros camion (40 T) s’est arrêté pour nous prendre, rouler en vélo sous ce soleil lui paraissait inconcevable. Nous avons décliné son invitation (peut être que demain on l’acceptera…), il ne nous restait qu’une heure de route. Nous sommes contents de trouver, vers 1 h, à IRACEMA, des boissons fraîches et une chambre climatisée.

J 49 - 52J 49 - 52
J 49 - 52
J 49 - 52J 49 - 52
Enfin un peu d'ombre et des boisons fraîches. L'épicière nous a même offert des bananes !

Enfin un peu d'ombre et des boisons fraîches. L'épicière nous a même offert des bananes !

J 49 - 52

Notre départ à 5 h 30 a été récompensé par un soleil levant, une température idéale, des oiseaux qui sortent de leur nuit, dont des perroquets énormes et multicolores qui faisaient des vocalises devant nous…

J 49 - 52J 49 - 52
J 49 - 52J 49 - 52

Vers 10/11 h la température atteint déjà 38/40 °. On arrive au village prévu pour y passer la nuit vers 11 h (Prétrolina Do Norte). La température et la monotonie du paysage nous décident à faire du stop auprès des camions pour s’avancer de quelques km. Finalement un 40 T nous prend pour 220 km. Nous passerons donc la ligne imaginaire de l’équateur à 90 km/h. Un monument (très moche d’ailleurs) indique cette ligne mais nous n’avons pas eu le temps de le prendre en photo. Il ne nous reste donc que 56 ° de latitude à descendre jusqu'à Ushuaia. Si, comme certains le prétende, la terre est ronde, nous devrions descendre à partir de maintenant ! Le pied.

J 49 - 52
Il y avait plus de place que dans le busIl y avait plus de place que dans le bus

Il y avait plus de place que dans le bus

J 49 - 52

Nous voilà donc ce soir au village de Jundia, dans une sorte de bungalow conseillé par le chauffeur et à la limite de la réserve indigène de Uaimiri. Dans cette réserve longue de XXX Km, il n’y a parait-il absolument rien. Nous partons donc avec des vivres pour plusieurs jours, on verra bien par nous même car les avis divergent (entre 130 et 330 km), impossible de se faire une idée précise. A suive donc…

J 49 - 52

Enfin une journée au milieu de la forêt, au levée du soleil, la faune s’éveille et nous verrons beaucoup d’oiseaux, perroquets de toutes les couleurs, à dominance vert, ou bleu ou rouge puis des toucans, des canards, et d’autres non identifiés. Nous en entendrons aussi beaucoup chanter. Nous apercevrons aussi des singes, des tous petits noirs dont nous ne connaissons pas le nom, des roux, qui vu leurs cris sont surement des singes hurleurs. Ce fût une journée très agréable car il n’a pas fait trop chaud, il a même plu, ce qui nous a permis de faire les 130 Km de la réserve, très tranquillement. Effectivement il n’y avait absolument rien durant tout le trajet. Finalement à la sortie de la réserve, nous avons trouvé une ferme qui fait resto et qui propose des « chambres », enfin, un local avec un lit pour dormir, nous dormirons dans nos sacs de couchage vu l’état des draps, bien content de trouver ça.

J 49 - 52J 49 - 52
J 49 - 52
J 49 - 52J 49 - 52
J 49 - 52

Le départ se fait dans une atmosphère brumeuse qui nous rappelle les vallées du Lot, à l’automne excepté la température, 23 ° à 6 h.

J 49 - 52

La route entre la réserve et Présidente fut une succession de montée et de descentes pendant près de 100 km. Ajouté à la chaleur, le trajet fut bien éprouvant pour les humains.

Pour la première fois nous avons rencontré un cycliste voyageur. Un polonais qui remonte d’Ushuaia depuis 8 mois. Tantôt il marche, tantôt il pédale, tantôt il est sur ses rollers. Son vélo était des plus basique, aucune vitesse, et vu la route que nous avons eu aujourd’hui, Chapeau bas ! On nous prend pour des fous de temps en temps, mais lui son aventure est bien plus folle.

Ce soir nous dormons dans une superbe pousada à 100 Réals, ce qui nous change de celle d’hier soir à 20 Réals (4 murs, 1 lit, 1 chaise en plastique support du ventilateur). La moyenne est respectée.

J 49 - 52J 49 - 52J 49 - 52

Commenter cet article

Claudia Senna 24/09/2013 12:17

Bonjour et bem vindos em Manaus, ma famille vous attend et je vous avez dit que chez nous avais un petit studio pour vous, je vous laisse choisir, avec plaisir vous pouvez rester chez nous, bise et profit bien de mon pays

Pierre 23/09/2013 16:10

Des photos magnifiques, encore une fois c'est un vrai régal de regarder votre aventure. Courage, bientôt l'amazone.